Feb 21, 2007

Echos parisiens

Quelques mises à jour sur La Juive d'Halévy, donnée en ce moment à Bastille;
La première le 16 février a été marquée par une grève d'une partie des électriciens, et des lumières simplifiées au possible lors de la représentation (cf. article du Monde à ce sujet); côté mise en scène, il s'avère que ce problème s'est révélé dramatique. Depuis heureusement, les problèmes sociaux de l'Opéra de Paris semblent avoir été mis en stand-by.
Côté chant, alors que Neil Schicoff & Chris Merritt (les deux Eléazar) semblent souffrants (Schicoff annulant la représentation d'hier, Merritt reprenant le flambeau de bien piètre manière et se faisant huer copieusement, cf le compte-rendu des passionnés ), les rôles féminins compensent les lacunes de leurs homologues masculins (Lloyd dans le rôle du Cardinal de Brogni ne semble pas extraordinaire non plus), Anna Caterina Antonacci en tête.
A ce propos, l'Opéra de Paris a mis en ligne 3 extraits vidéos du spectacle. C'est , mais méfiez-vous. Le son et l'image de sont absolument pas synchronisés.
Pas encore de critiques de presse parues sur Internet (le Figaro en a publié une de Christian Merlin, en version papier dans l'édition datée du 19 février), pas plus que de photos. Rajout à 23h: La critique du Monde parue aujourd'hui, c'est . Je me disais bien, en visionnant les vidéos de l'ONP, que la mise en scène semblait mémorable. Dommage que les deux Eleazar se fassent autant descendre. Vraiment dommage. Sinon, l'article d'Abeille Musique, qui m'a appris, entre autres, que c'est avec la Juive en 1875 que l'opéra Garnier a ouvert ses portes au public.
Rajout du 1er mars: L'article d'Eric Dahan paru dans Libération dâté du 26 février. Celui de Michel Parouty dans Les Echos.

5 comments:

J.S. said...

Cela fait plus d'un mois que je regarde fébrilement ce rectangle de papier qui me permettra d'assister à la représentation du 12 mars et que je fais tourner en boucle des extraits de cette oeuvre (Il faut bien aussi faire l'éducation de ses voisins).
Même si, avant cette date, il y a un "Or du Rhin" strasbourgeois et un "Jules César" nanceien... cela fait partie des représentations dont l'attente devient obsédante. La dimension historico-mythique de l'oeuvre doit y être pour quelque chose. Il y aurait à creuser...

Extatic said...

Ah non, ah non, dans les représentations auxquelles on pense depuis des mois, il y a aussi (et surtout) mes divins Pêcheurs ce dimanche en Avignon avec Ciofi.

Après Wagner, perso, à part Lohengrin, j'ai du mal...

Haendel moins déjà...

Kozlika said...

Eh dis donc miss, tu ne devais pas être à Paris hier soir ? snif... pas vue...

Extatic said...

Quoi????

Koz???

Tu y étais et tu ne m'as pas prévenue????

Snifffffff....

Kozlika said...

Erm... on va faire moins confiance aux blogs et plus aux mails ! La prochaine fois on s'écrit :)