Nov 27, 2006

[Les Pêcheurs de Perles] Les différentes versions



Benjamin Godard, photo Gallica/BNF

 
Créés en 1863, Les Pêcheurs de Perles ont vu leur partition remaniée en 1893 par Benjamin Godard.
La principale différence entre les deux versions est la structure du duo « Au fond du temple saint »; l’air joué dans les récitals n’est pas la version originale de Bizet, qui est plus légère et moins concentrée. Benjamin Godard en a éliminé la dernière partie au profit d’une répétition de la 1ère section en en modifiant le texte: Oui c’est elle ! c’est la déesse, En ce jour qui vient nous unir Et fidèle à ma promesse Comme un frère je veux te chérir ! C’est elle ! C’est la déesse Qui vient en ce jour nous unir ! Oui, partageons le même sort ! Soyons unis jusqu’à la mort !

A noter également, un changement à la toute fin de l’opéra puisque, dans la version originale, Zurga voit partir Nadir et Leïla avant d’aller rejoindre son peuple, alors que dans la version de 1893, le Grand Prêtre et la foule en furie rappliquent alors que les tourtereaux fuient, hurlant vengeance (nettement plus mélodramatique, vous en conviendrez). Personnellement, ma préférence va à la version de 1893, parce que je trouve le duo du temple saint moins intense dans sa version originale.


Concernant les différentes versions discographiques existantes, aucune ne surpasse à mes oreilles la version de Dervaux avec un magnifique Nicolai Gedda dans le rôle de Nadir, tout en finesse et en légèreté, un encore plus magnifique Ernest Blanc (Zurga) et une greluche particulièrement agaçante en la prestation de Janine Micheau (Leïla).

Aucune des versions de 1863 ne trouve grâce à mes yeux. Celle de Prêtre présente un Alain Vanzo piètre Nadir en comparaison de Gedda et Guillermo Sarabia est une insulte à Ernest Blanc ; Ileana Cotrubas propose une interprétation certes meilleure que celle de Micheau (ce qui n’est guère compliqué, en même temps) mais pour autant loin d’être mémorable. La version de Michel Plasson, avec Barbara Hendricks est tout simplement insupportable à mes oreilles tant l’orchestration est une abomination (et un outrage à Bizet). Je recommande donc d'éviter absolument le carnage de Plasson.

Enfin, la version DVD de Viotti (également éditée en CD) présente une Leila intéressante avec Annick Massis, un Zurga acceptable (Luca Grassi) mais un Nadir décevant (Yasu Nakajima). L’orchestration est quant à elle meilleure à mes yeux que celle de Prêtre, mais moins bonne que celle de Dervaux.  


Version de 1893:

1961 recording, EMI
Leïla: Janine Micheau
Nadir: Nicolai Gedda
Zurga: Ernest Blanc
Nourabad: Jacques Mars
Direction: Pierre Dervaux
Ch&orch de l’Opéra Comique


Disponible en téléchargement






  Versions de 1863: 













1978 recording, EMI
Leïla: Ileana Cotrubas
Nadir : Alain Vanzo
Zurga : Guillermo Sarabia
Nourabad : Roger Soyer
Direction : Georges Prêtre
Ch & orch de l’ONP
 

DVD Dynamic live Fenice 2005 Living Stage LS 1123 [2 CDs] Leila: Annick Massis
Nadir: Yasu Nakajima
Zurga: Luca Grassi
Nourabad: Luigi De Donato
Cond. Marcello Viotti Ch&orch del Teatro La Fenice
Review here.


 





Lectures complémentaires: Les infidelites posthumes de partitions lyriques de Georges Bizet. Les Pêcheurs de perles, Michel Poupet, Revue de musicologie, T. 51e, No. 2e (1965), pp. 170-200

4 comments:

Alban said...

Je suis en grande partie en accord avec vos commentaires. Combien il est difficile quand on aime autant un opéra de trouver une version idéale. Ceci dit vous omettez 2 versions disponibles en CD dont celle qui pour moi est la meilleure : Léopold Simoneau, Pierrette Alarie, René Bianco & Xaver Depraz dirigés par Jean FOURNET en 1953.
L'autre version est un live avec Vanzo (que j'aime visiblement plus que vous)et la délicieuse Erna Spoorenberg, enregistré à Amsterdam en 1963, dirigée une fois de plus par le trop peu reconnu Jean FOURNET.

Extatic said...

Je connais la version avec Léopold Simoneau, omise volontairement, je suis trop désemparée par la piètre prestation vocale de l'ensemble des chanteurs (Simoneau le 1er).

Quant au live avec Vanzo, que je ne connais pas, il est vrai que, indépendamment des Pêcheurs, je n'aime pas les prestations de Vanzo.

Mais si je tombe dessus, il est évident que je ne manquerai pas d'y jeter une oreille attentive.

Merci de ces précisions.

Anonymous said...

J'ai les quatre versions CD que vous avez comenté: Gedda/Micheau/Blanc; Vanzo/Cotrubas/Sarabia; Vanzo/Spoorenberg; Simoneau/Alarie.
Dans un magazin de vente/revente de CD à Londres j'ai vu encore une autre version d'EMI mais je ne l'ai pas achetée: Angelici, Legay, Dens, Opéra Comique, André Cluytens.

Extatic said...

Je possède également la version Angelici, Legay, Dens, Opéra Comique, André Cluytens (achetée l'an dernier en méga soldes au magasin du Met).

Il faudra que je prenne le temps de la commenter un jour. Elle mérite la peine qu'on s'y attarde (un peu).