Mar 30, 2007

Addio, addio, visiteur régulier de ce blog, speranza ed anima Sol tu sarai per me*.

I'm headed for well-deserved vacations in the country of Vincenzo Bellini and Giuseppe DiStefano (and also my own personal ancestors). Back in two weeks, hopefully tanned and full of wonderful memories.

In the meantime, I advise you to go check out these other blogs partly or entirely about opera :

In French: Kozeries en dilettante
Les chroniques lyriques de Friedmund
Paris Broadway
In English: Sieglinde's Diaries
Opera chanteuse (with a title only an American can come up with)
Prima la musica, poi le parole
In Italian: Opera Bouffe
Di Tanti Pulpiti
Tanti Affetti
In Spanish: GTL Torn T, la temporada del Gran Teatre del Liceu desde distintas butacas
Una butaca en el paraíso
Opera siempre

Ci vediamo!

* from Rigoletto, Act One, Scene XII.

Mar 29, 2007

The curse of Ariodante

I mentionned the devastating critics from Le Monde a couple of weeks ago, about the Paris performances (Théâtre des Champs Elysées).
Well, both musicians and singers are playing the Haendel's opera in London (Barbican Centre) and Madrid. At least they're trying. The cast has been decimated by various health problems, as reported here.
I guess they just forgot to mention there the real curse of the opera: unoriginal music, stupid libretto, bad conducting by Christophe Rousset, awful singers.
Who wouldn't want to miss the upcoming performances?

Mar 28, 2007

Lyon 2007-2008

Pour faire suite à mon billet sur la prochaine saison ici, à l'Opéra de Lyon, quelques informations complémentaires (source: Opéra de Lyon); Le Siegried de Wagner est annoncé pour Octobre 2007. A midsummer’s night dream, de Britten, pour Avril 2008. Quant au Maria Stuarda de Donizetti en version de concert, dont j'ai déjà parlé, en coproduction avec le TCE, il sera naturellement dirigé par Evelino Pido et ouvrira la saison de l'Opéra de Lyon: Maria Stuarda - Patrizia Ciofi Elisabeth 1ère - Iano Tamar Talbot - Giovanni Furlanetto Anna Kennedy - Paula Gardino Orchestre et choeurs de l'Opéra de Lyon Opéra de Lyon: 26 et 28 septembre 2007 Théâtre des Champs Elysées: 30 septembre 2007 Des infos supplémentaires sur l'oeuvre, Ciofi, Pido et Tamar ici. En Mars 2008, pour l'année du Japon en France, Festival No, 4 opéras dédiés au pays du soleil levant: Lady Sarashina, en création mondiale (commande de l'Opéra de Lyon), opéra de Peter Eötvös (livret en anglais), mis en scène par Ushio Amagatsu (4, 7, 9, 11, 13 et 16 mars 2008), inspiré du journal de Lady Sarashina, poétesse de la Cour du Japon au XIe siècle pendant l'ère Heain, As I crossed a bridge of dreams. Hanjo, de Toshio Hosokawa, mis en scène par Anne Teresa de Keersmaeker (5, 9, 12 et 14 mars 2008), opéra de chambre, livret du compositeur (en anglais) d'après Hanjo, le dernier des Cinq Nô Modernes de Yukio Mishima, créé au festival d'Aix-en-Provence en 2004 The Curlew River, déjà évoqué ici, de Britten, dans la mise en scène de Py, dirigé par Georges Walker, qui sera donné au Théâtre des Célestins (bonjour l'acoustique) les 6, 8, 10 et 15 mars 2008 Der Jasager / Der Neinsager, de Kurt Weil (1930), livret de Weil d'après La Chute dans la vallée, conte japonais du XVe siècle, mis en scène par Richard Brunel, donné au théâtre d'Oullins en mars 2008 (en français) Des infos supplémentaires sur les oeuvres, etc... ici.

Présentation de la saison: Lundi 16 avril, 20h, entrée libre.

Sinon, la saison 2007-2008 du Liceu (Barcelone) est en ligne, de même que celle du Deutsche Oper (Berlin) et de l'Opéra Royal de Wallonie (récapitulatif ici; à noter qu'ils proposent eux-aussi un Maria Stuarda avec Ciofi).

Mar 27, 2007


One thing I love about opera is that nobody ever agrees on anything. Take the recent performance of Angela Gheorghiu in Verdi's Traviata at the MET. Yesterday, I was reading this enthusiastic post. Today, the opposite;
" Gheorghiu's Violetta was, in its low key, medium voiced way, effective, but I felt there was something "patented" about it - emotions taken "out of the box" intact for this performance and then put back in, likewise intact, for the next outing.
The curtain calls were ridiculous and showed what might have been really going on in our Leading Lady's mind - all sorts of superannuated "little girl" scamperings, skippings, wavings etc.the public's Indulged Darling "in excelcis."
By the ovations she got you would have thought this woman combined the technical prowess of Sutherland (NOT!) with the interpretative genius of Callas (most definitely NOT!).
Maybe I've seen too much that has moved me as being genuine (as recently as Die Agyptische Helena on Friday and Banks, Vlasak-Nolen in La Donna del Lago on Saturday) to have responded to this kind of ersatz art. "
Stephen Charitan

Mar 24, 2007

[Ears openers] III. Maria Callas

Everything has already been said and written about La Callas.
So I’m not gonna add another enthusiastic post from another unconditional fan.

I just wanted to let you be the judge.
I’ve selected 4 extracts from YouTube, from the 4 major female roles in Italian opera; Amina in Bellini’s La Sonnambula, Lucia from Donizetti’s Lucia di Lammermoor, Norma from Bellini’s Norma and Violetta from Verdi’s La Traviata.

I’m giving you the YouTube version of Maria Callas I prefer, as well as the other version I fancy (from anyone but Callas).

There’s no brainstorming on these extracts for me.
However great the other singer is (and I must admit Ciofi as Lucia, Gheorghiu as Violetta and Dessay as Amina are pretty amazing), Maria Callas is still singing in another galaxy.

Amina – La Sonnambula – two extracts from two recitals of the same aria, “Ah! non credea mirarti”
The Callas recital, the 2006 New York performance of Natalie Dessay.

Lucia – Lucia di Lammermoor – two live performances of the Mad Scene.
The Callas 1955 live from Berlin (part one, part two), the 2006 Orange performance of Patrizia Ciofi (part one, part two).

Norma – Norma – two live performances of “Casta Diva”
The Callas 1955 Opening night at La Scala (sound only), the 1974 Orange performance of Montserrat Caballé.

Violetta – La Traviata – two live performances of “Sempre libera”
The Callas 1951 live from Mexico City (sound only), the 1994 Covent Garden performance of Angela Gheorghiu.

Further readings

- An article published in Time Magazine on Callas, written by Cecilia Bartoli
- Interviews of Maria Callas in French (1965 and 1969), extracts from the INA archives (other extracts here)

- French site exclusively about Maria Callas
- La Divina Maria Callas (in Italian and in English)
- listing of main sites about Callas

Mar 23, 2007

Monkey : Journey to the west

I knew it since several months. That Damon Albarn, former leader of Blur and Gorillaz, was composing an opera. The kind of news I'm kinda excited about (after all, I like Albarn's pop music) and real anxious at the same time (if his operatic try is a disaster). Things are getting real, now. The Manchester International Festival has announced its programmation for its first edition; Albarn's Monkey:Journey to the west will premiere on Sat. June 28th, 2007, and be played until July 8. Albarn's work, subtitled A circus opera for the 21st century (aren't you scared? just a little bit?), based on an ancient Chinese legend, will feature 45 Chinese circus acrobats, Beijing Opera actors & singers, and Shaolin martial artists (scared already?). In addition, there will be 15 Chinese and western musicians. Oh, and the "libretto" is in Madarin, with English surtitles. Still not scared? Are you sure? Director: Chen Shi-Zheng Design & animation: Jamie Hewlett (also a Gorillaz member) Lyrics: David Greenspan Designed and created by the Théâtre du Châtelet, Paris in co-production with Manchester International Festival and the State Opera House, Berlin (Staatsoper Unter den Linden). Paris performances: opening of the 2007/2008 season, from Sept. 26 to Oct. 13 (15 performances).

Mar 20, 2007

[Ears openers] II. Ernest Blanc

One of the greatest French baritones, born Nov.1 1923, in Sanary-sur-Mer (near Toulon).

Ernest Blanc is one of those few singers I find unrivalled whatever role they’re singing.
Meaning, as soon as I hear their interpretation of one role, I find everyone else’s common and lacking something.

Ernest Blanc is beyond comparison.
Not only was his diction in French perfect, but his voice was magnificent.
Powerful, expressive, always right on the note, with an amazing consistency, perfect balance, extraordinary breath, unique dark timbre.

He learnt how to sing in the Conservatoire de Musique de Toulon, and made his debuts in Marseille in 1950 in Tonio.

His first role in Paris was Rigoletto in 1954; he sang in Lisbon (1958), was one of the only French singers ever invited to the Bayreuth Festival were he sang the role of Friedrich von Telramund in Lohengrin in 1958 and 1959 (with his wife Belgian mezzo-soprano Rita Gorr singing Ortrud in 1959); he also sang in Chicago and San Francisco (1959); La Scala and the Glyndebourne Festival (1960); Covent Garden in London (1961); the New York MET, the Berlin Deutsche Oper and Philadelphia (1963); Amsterdam (1964)...

Audio extract:

- "L'orage s'est calmé" from the beginning of Act III of Georges Bizet's Les Pêcheurs de Perles - "O sainte médaille", Gounod's Faust (Valentin aria) (YouTube, audio) - "Maudite à jamais soit la race", Saint-Saëns' Samson et Dalila (YouTube, audio)

A few roles he sang in Paris :

1955 : Opéra Garnier, Les Indes Galantes, JP Rameau
1952 production, Louis Fourestier conducting

Jan. 22 -
Van Herck (Hébé), Couderc (Bellone), Chalanda (L'Amour), Vaillant (Osman), Jacqueline Brumaire (Emilie), Jean Giraudeau (Valère), Ernest Blanc (Huascar), Suzanne Juyol (Phani), Huylbrock (Don Carlos), Alain Vanzo (Tacmas), Noguera (Ali), Guilhard (Zaïre), Angelici (Fatime), Camille Rouquetty (Adario), Roger Gardes (Damon), Clavère (Don Alvar), Berthe Monmart (Zima)

Oct. 29 -
Christiane Castelli (Hébé), Bouvier (Bellone), Chalanda (L'Amour), Xavier Depraz (Osman), Cumia (Emilie), Jean Giraudeau (Valère), Ernest Blanc (Huascar), Suzanne Juyol (Phani), Georges Doré (Don Carlos), Alain Vanzo (Tacmas), Noguera (Ali), Denise Duval (Zaïre), Angelici (Fatime), Verdière (Adario), Nicolaï Gedda (Damon), Clavère (Don Alvar), Gisèle Desmoutiers (Zima)

Dec. 10 -
Renée Doria (Hébé), Couderc (Bellone), Chalanda (L'Amour), Xavier Depraz (Osman), Cumia (Emilie), Henri Legay (Valère), Ernest Blanc (Huascar), Melvat (Phani), Romagnoni (Don Carlos), Alain Vanzo (Tacmas), Noguera (Ali), Guilhard (Zaïre), Angelici (Fatime), Verdière (Adario), Roger Gardes (Damon), Clavère (Don Alvar), Gisèle Desmoutiers (Zima)

1956: August 24, Opéra Garnier, Rigoletto, Verdi, (French traduction of Édouard Duprez)
Pierre Dervaux conducting
Renée Doria (Gilda), Suzanne Lefort (Madeleine), Raphaël Romagnoni (duc de Mantoue), Ernest Blanc (Rigoletto), André Philippe (Monterone) Charles Paul (Ceprano) Gérard Serkoyan (Sparafucile)

1956 : Mozart’s Don Gionvanni, staged by José Beckmans, Jacques Marillier’s settings
Ernest Blanc (Don Giovanni), Louis Noguéra (Leporello), Régine Crespin (Donna Anna) and Jacqueline Brumaire (Donna Elvira).

1980 : Boris Godounov, Modeste Moussorgsky
Ruggero Raimondi, Virioca Cortez, Ernest Blanc & Roger Soyer

A few roles he sang elsewhere:

1959 (Dec. 10)
Lovro von Matacic conducting
Don José – Giuseppe di Stefano
Escamillo – Ernest Blanc
Carmen – Jean Madeira
Micaëla – Dorothy Warenskjold

1960 (Jan.2)
Scala, Milano
Nino Sanzogno conducting
Don José – Giuseppe di Stefano
Escamillo – Ernest Blanc
Carmen – Giulietta Simionato
Micaëla – Gabriella Tucci


Faust, Charles Gounod
1958 André Cluytens; Chœurs et Orchestre du Théâtre National de l'Opéra de Paris
Victoria de los Angeles - Marguerite
Liliane Berton - Siébel
Rita Gorr - Marthe
Nicolai Gedda - Faust
Ernest Blanc - Valentin
Boris Christoff - Méphistophélès
Victor Autran - Wagner
HMW ALP 1721-4 (4 LP); EMI 769 983-2 (3 CD)

Lohengrin, Richard Wagner
1958 André Cluytens Bayreuth Festival Orchestra & chorus
Sándor Kónya - Lohengrin
Leonie Rysanek - Elsa
Kieth Engen - König Heinrich)
Ernest Blanc - Telramund
Astrid Varnay - Ortrud
Eberhard Waechter - Heerrufer
Réédition Myto 1994

Lohengrin, Richard Wagner
1959, Lovro von Matacic, Bayreuth Festival Orchestra & Chorus
Sandor Konya - Lohengrin
Elisabeth Grummer - Elsa
Eberhard Waechter - Heerrufer)
Ernest Blanc - Telramund
Rita Gorr - Ortrud
Franz Crass - König Heinrich
Golden Melodram

Carmen, Georges Bizet
1959 Thomas Beecham; Chœurs et Maîtrise de la Radiodiffusion Française, Orchestre National de la Radiodiffusion Française
Victoria de los Angeles - Carmen
Nicolai Gedda - Don José
Janine Micheau - Micaëla
Ernest Blanc - Escamillo
Denis Monteil - Frasquita
Monique Linval/Marcelle Croisier - Mercédès
Jean-Christophe Benoit - Dancaire
Michel Hamel - Remendado
HMW SLS 5021; EMI 556 214-2 (3 CD)

"Ernest Blanc, doté d'une voix très ferme, parfois presque dure, ou du moins rude et authentiquement formée, n'en possédait pas moins, en plus de l'autorité déjà évoquée dans le message précédent, une véritable élégance, apanage nécessaire de l'opéra. Quiconque a rencontré la version Beecham de Carmen doit reconnaître que la trivialité du propos a ici fait place à la nuance, au goût, au phrasé impeccablement géré. Ses ornementations et appoggiatures des couplets d'entrée d'Escamillo, tantôt fines évocations à l'espagnolade, tantôt murmures flatteurs, ne laissent pas d'enchanter,contrairement aux attaques forte de ses collègues, même les plus méritants, faisant de ce toast aux suggestions semi-érotiques un air de bravoure aussi discret que "Di quella pira" chanté par le néanmoins admirable Del Monaco."
Extract from OperaCritiques

"Ernest Blanc’s manly aristocratic voice and style fits exactly Escamillo - he is unrivalled in this role."
Extract from here

Les Pêcheurs de perles, Georges Bizet
1960 Pierre Dervaux; Chœurs et Orchestre du Théâtre de l'Opéra Comique ParisJanine Micheau - Lëila
Nicolai Gedda - Nadir
Ernest Blanc - Zurga
Jacques Mars - Nourabad
EMI SLS 877 (2 LP); EMI 566 020-2 (2 CD)

Louise, Gustave Charpentier
Sylvain Cambreling, Orchestre de l'Opéra National de Belgique
Felicity Lott - Louise
Rita Gorr - La mère
Ernest Blanc - Le père
Erato 8573-82298-2

Iphigénie en Tauride , Christoph Willibald Gluck
1961 Georges Prêtre; Orchestre des Concerts du Conservatoire
Rita Gorr - Iphigénie
Ernest Blanc - Oreste
Nicolai Gedda - Pylade
Louis Quilico - Thoas
EMI 29 1241 1 (LP), EMI 5 73090 2 (CD)

Lakmé, Léo Delibes
1962 Jésus Etcheverry, Orchestre Les Solistes de Paris
Gérard - Nicolai Gedda/Alain Vanzo
Lakmé - Gianna d' Angelo/Renée Doria
Mallika - Jane Berbié
Nilakantha - Ernest Blanc/Adrien Legros
Accord 149164, Accord 220 642 (CD)

Samson et Dalila, Camille St-Saëns
1962, Georges Prêtre, chœurs René Duclos, Orchestre du Theatre National de L'Opera de Paris
Jon ViIckers, Rita Gorr, Ernest Blanc, Anton Diakov, Remy Corazza, Jacques Potier, Jean-Pierre Hurteau
EMI 0724356759824

I puritani, Vincenzo Bellini
1963 Richard Bonynge, American Opera Society Chorus and Orchestra Philadelphia
Joan Sutherland - Elvira
Nicolai Gedda - Arturo Talbo
Ernest Blanc - Riccardo Forth
Justino Diaz - Giorgio Valton
SRO 838 (2 CD) (Live Recording from Philadelphia Academy of Music, April 18, 1963)

Samson et Dalila, Camille St-Saëns
Live version
1964 Jean Fournet, Groot Omroepkoor, Radio Filarmonisch Orkest
Jon Vickers: Samson
Oralia Dominguez - Dalila
Ernest Blanc - Le Grand-Pretre
Henk Driessen - Abimelech
Peter van der Bilt - Un Viellard Hebreu
Live version from Amsterdam, February 29, 1964

Les Contes d’Hoffman, Jacques Offenbach
1964-65 Andre Cluytens, choeurs René Duclos, Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire
Nicolaï Gedda - Hoffmann
George London - Coppélius, Miracle
Ernest Blanc - Dapertutto
Nicola Ghiuselev - Lindorf
Gianna d'Angelo - Olympia
Elisabeth Schwarzkopf - Giulietta
Victoria de Los Angeles - Antonia
Jean-Christophe Benoît - Nicklausse
Christiane Gayraud - La mère
Robert Geay - Crespel
Michel Sénéchal - Spalanzani
Jean-Pierre Laffage - Luther/Schlemil
Jacques Loreau - Andrès, Cochenille, Pitichinaccio, Frantz
André Mallabrera - Nathanaël
Jacques Pruvost - Hermann
EMI 0724356798359 (2CD)

L’Enfance du Christ, Hector Berlioz
1967 Andre Cluytens, choeurs René Duclos, Paris Conservatory Orchestra
Xavier Depraz, Remy Corazza, Bernard Cottret, Ernest Blanc, Victoria de Los Angeles, Roger Soyer, Nicolai Gedda

Herodiade, Jules Massenet
1974, David Lloyd-Jones, ORTF Lyric Orchestra
Pierre Thau, Michelle Martin, Nadine Denize, Ernest Blanc, Michel Philippe
Opera D'Oro ODO 1336, Released in 2002, Live recording May 12, 1974

Don Procopio, Georges Bizet
1975 Bruno Amaducci, Chœur et Orchestre Radio Lyrique de Paris
Jules Bastin - Don Procopio
Ernest Blanc - Don Andronico
Alain Vanzo - Don Odoardo
Robert Massard - Don Ernesto
Jean-Louis Soumagnas - Pasquino
Mady Mesplé - Donna Bettina
Lyliane Guitton - Donna Eufemia
MRF 177 (3 LP); UORC 297/Le Chant du Monde 278914 (1 CD) (extracts)

Djamileh, Georges Bizet
1975 Bruno Amaducci; Chœur et Orchestre Radio Lyrique de Paris
Christiane Eda-Pierre, Mady Mesplé, Ernest Blanc, Robert Massard
MRF 177 (Extracts)

Further readings:
- Wikipedia article (in French)

- From Abeille Musique Forum;
12-04-06 22:09
Ernest Blanc, qui doit habiter Toulon ou sa région, serait bien malade.
Ne l'oublions pas. Quelle voix et quelle diction !

Je viens de retrouver par hasard un article du Monde (17/18 déc 1978) suite à la reprise de Samson. Voici un extrait de cet article :
"ce qui... donne à cette série de représentations de Samson et Dalila une valeur exemplaire, c'est le retour d'Ernest Blanc dans ce rôle de Grand Prêtre.... Y a-t-il encore beaucoup de chanteurs français dont la diction soit aussi parfaite, qui sache joindre le mot à la musique, faisant rejaillir l'un sur l'autre selon les règles de la rhétorique ?... En l'écoutant chanter, on croit découvrir ce que devrait toujours être l'opéra."
Merci infiniment Monsieur Ernest Blanc.

Mar 19, 2007

[Ears openers] Introduction

Have you noticed how opera addicts tend to make a list of everything ? My ten favourite tenors, the 20 best sopranos, the 100 best singers ever, etc. ?
I have some issues doing that. Simply because the voice can change so quickly, for better or for worse, and also because opera is full of surprises. You might never know what you can discover, past or future performances.
Instead of yet another “top 10”, I’ve decided to start a new series, that I’ve untitled “ears openers”; people that have changed my vision of opera, hopefully with many more to come.
I’ve already written about Franco Corelli, who will be, for that matter, my first post of this series I’m launching.
A few names I often mention, on those to follow; Riccardo Muti, Maria Callas, Ernest Blanc, Nicolai Gedda, etc.

Mar 18, 2007

Faust, MET, March 17, 2007

And you, what did you do last evening ?
I personally listened to the MET live broadcast of Gounod’s Faust.


Marguerite: Ruth Ann Swenson
Siébel: Karine Deshayes
Faust: Ramón Vargas
Valentin: Hung Yun
Méphistophélès: Ildar Abdrazakov
Conductor: Maurizio Benini

Mary Sohl / Metropolitan Opera

The overall performance was good, not great, one of those I won’t probably remember in a couple of years.

Ramon Vargas, supposedly one of the best tenors in the world right now was a disappointment, especially in the first act, where, apart from his unimpressive skills to pronounce French properly, he had some bad notes here and there.
He was much better later on, but in the love act, the third one, he was not very credible either.

Hung Fun’s Valentin was equally average, with some problems on low notes especially at the enc of act four (when he dies).

Ildar Abdrazakov as Méphistophélès had some sparkles, as did Karine Deshayes singing Siébel.

Maurizio Benini gave a solid interpretation of Gounod’s score, cutting (as so often with this piece) the first scene of Act IV, as well as the first scene of Act V (a cut rarely done).
But, in my mind, Faust is one of these operas you can’t really conduct poorly, the score being so straightforward and coherent from beginning to end.

The real surprise for me was Ruth Ann Swenson, whose Marguerite was very unique and very attractive (though she had some problems at the end of long aria such as the Jewel song), a well-balanced mixture between her naïve moments and her dark side.

This MET’s production of Faust was created in 2005 by Andrei Serban and received a lot of critics. Further info in this NY Times article from Allan Kozinn.

Lucy Arner on Faust: "Simple is not simplistic".

Mar 17, 2007

"Rien à garder"

Amis parisiens, je n'ai pas fini de me gausser de vous.

Quelques extraits choisis de la critique de Renaud Machart, parue dans le Monde de ce jour, sur l'Ariodante de Haendel qui se joue actuellement au Théâtre des Champs Elysées ; " En 2005, au Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence, Lukas Hemlet avait donné un spectacle lyrique ridicule. C'était une Clémence de Titus, de Mozart, en toge, qu'on eût cru signé d'un apprenti metteur en scène désigné pour un spectacle d'une fin d'année scolaire. Mais certains assuraient que Hemleb était un grand metteur en scène de théâtre et que ce premier pas dans une grande institution lyrique n'était qu'un faux pas. Presque trois ans plus tard, l'Allemand signe un Ariodante, de Haendel, au Théâtre des Champs Elysées, à Paris. Et, le rideau baissé, la seule consolation est de filer au Bar des Théâtres, sis en face. Filer au bar, après un spectacle, est chose naturelle quand on y va pour fructifier l'expérience, la partager et la mettre en perspective. Quand on y court pour oublier, l'heure est grave. Bernanos, qui avait le sens du tragique, eût dit: "Dieu nous renonce." Qu'on le prenne par le début ou par la fin, ce spectacle est un désastre. Par le début? Un bouffon (du roi) exécute des simagrées qui disent qu'une lecture de biais va intervenir. (La plupart des metteurs en scène signalent leur regard "décalé" sur le legs ancien par des gestes critiques, donc bouffons.) Par la fin? Le bouffon, qui est danseur, est rejoint par une troupe lourdaude et peu inspirée, qui se tappe le cul par terre (littéralement, on l'assure), agite des mouchoirs et tente de donner sens à la chorégraphie d'Andrew George. (...) On aurait aimé dire que Dominique Bruguière eût été de taille à sauver cet Ariodante par ses belles lumières comme stupéfiées, aux tons blêmes d'un petit matin nauséeux. Mais c'était compter sans cette chorégraphie catastrophique, ces combinaisons en Lycra, ces couvre-chefs en forme de lustres dont on ne voudrait pas dans notre salon et ces girls chaussées de stilettos de Cesare Paciotti sur lesquels même le mannequin Naomi Campbell, reine du pas en biais, vacillerait. L'interprétation musicale, elle non plus, ne convainc pas. De la distribution, garnie de quelques stars peu probantes (...), on ne retient que Joël Azzaretti* et Topi Lehtipuu, seconds rôles mais frais et vrais. Le chef d'orchestre Christophe Rousset, fin musicien, dirige comme un pianiste accompagnerait à couvercle fermé. Trop réservé, trop subtil pour porter le message, qui l'est beaucoup moins, d'Ariodante. * entendue dans La Sonnambula de Bellini en novembre dernier à Lyon. France Musique retransmettra cet Ariodante samedi prochain, 24 mars, dans l'émission lyrique de Jérémie Rousseau.

Mar 15, 2007


Photo Fred R. Conrad for The New York Times

Deborah Voigt in rehearsal for Strauss’s Ägyptische Helena
which she sings at the Metropolitan Opera tonight.

Strauss audio extracts on the NY Times page.

Further reading on the importance of Voigt to Strauss's music.

Mar 14, 2007


” Apparently, our favorite bel canto diva, Anna Netrebko, is gracing the March issue of American Vogue once again. According to the fashion bible, Ms. Netrebko is this century's greatest soprano. What?!!!! Excuse me, while I vomit.
Extract from there.

I love it!

Also, you can find here some pictures of the Massenet’s Manon at the Vienna State Opera, featuring Netrebko and Alagna, directed by Andrei Serban whose controversial Lucia opened the 2006-2007 season in Paris (with Natalie Dessay as Lucia). The Manon performances are conducted by Bertrand De Billy. Two more dates: March 16 and 19.

YouTube extracts are already available here (“Ah fuyez douce image” by Le Chevalier Des Grieux, aka Alagna), there (“En fermant les yeux”, duet between Des Grieux and Manon, aka Netrebko) and there (beginning of the first act, Des Grieux and Manon; Netrebko wearing not much is a joy to see, especially when she’s not singing).

Also, the MET is selling $100,000 tickets for its opening night next September with Natalie Dessay’s Lucia.
Yes $100,000, this is not a mistake.
For that price, the buyer doesn’t even get to spend the rest of the evening on a one on one with Dessay.
Alas, what’s the use?

Photo © Johan Jacobs

Also, March 9 saw the world premiere in Brussels of the first opera of Benoît Mernier, Frühlings Erwachen, based on the play by Frank Wedekind (1890).

Martine D. Mergeay’s review in La Libre Belgique is enthusiastic about everything she heard and saw during that evening (except for the first part of Act I she found annoying).
Some pictures of the production can be found here, along with the synopsis, and the cast.

The opera will be broadcast on Klara Radio on March.24 at 8pm (Paris time) and on Musiq'3 on April 1 at 8pm (Paris time).

Also, if you want to see Angela Gheorghiu singing a Romanian pop song (!) à la Céline Dion, check out this YouTube video.
And then, you can kill yourself after seeing the husband singing on Prime Time French TV La quête, from L’homme de la mancha, with Lara Fabian.

Seriously, how stupid can the couple Gheorghiu / Alagna get?

Mar 13, 2007

La donna è mobile

There are very few operas that have such an effect on me ; wherever I am, as soon as I listen to a few notes from Verdi’s Rigoletto, it’s as if my world stopped, and I have to do nothing else but listen to the music, as long as it goes on.

Sunday evening, as I was programming my Hi-Fi system for my Monday morning wake up, I discovered that this week’s opera broadcast of Radio Classique was indeed Rigoletto (since, for no apparent reason, Radio Classique seems unwilling to share this kind of info at the moment, either on its site or on Operacast).

So naturally I rushed into my armchair and didn’t get up until the opera was over.

The version I got to listen was the famous Kubelik’s recording from La Scala, with a cast that can only make your head spin;

Rigoletto: Carlo Bergonzi
Il duca di Mantova : Dietrich Fischer-Dieskau
Gilda: Renata Scotto
Sparafucile : Ivo Vinco
Maddalena : Fiorenza Cossotto
Il Conte di Monterone : Lorenzo Testi

This recording is believed to be, by many, the best Rigoletto you’ll ever find.
Not everybody agrees with that statement, though.
I certainly don’t.

And the main reason is that, however great the singers might be, the success of a version over another mostly lies with the conductor.

People too often underestimate the role of this buffoon gesticulating in front of the orchestra with awkward movements and a baton that seems to enhance his craziness.

Yet, a bad orchestration can ruin any fantastic performance a singer can have.

It certainly can prevent me from listening to some recordings; take the Giulini’s Traviata featuring Maria Callas for instance ; or the Plasson’s Pêcheurs de Perles.

Well, the Kubelik’s Rigoletto rather falls in that category; too slow, too heavy, too rigid, not Italian enough. Not a great performance from the conductor, for sure.
Especially if you compare it with the recording Riccardo Muti made in the mid 90s (live performance from La Scala).

That’s why the perfect recording is almost impossible to get; the conductor has to be perfect, the orchestra, the chorus, all the cast members… and I’m not even talking about a performance on stage, where you can add the director, the dramaturge, the choreographer, the setting director, the costume design director, the lighting director, the make-up artist…

YouTube extracts from Muti’s Rigoletto ;
NB. Notice how Roberto Alagna was young and thin, then

- « Questa o quella » (Act I, sc1) Il duca di Mantova
- « Addio, addio, speranza ed anima » (Act I sc.12) duet Gilda / Il duca di Mantova
- « Caro nome » (Act I sc.14) Gilda / Coro
- « Ella mi fu rapita! » (Act II sc.1) Il duca di Mantova
- « Ei vien! Silenzio! » (Act II sc.3) Coro / Il duca/Rigoletto
- « Ciel! Damni corragio! » (Act II sc.6) duet Gilda / Rigoletto
- « La donna è mobile » (Act III) Il duca di Mantova
- end of the opera (Act III) duet Rigoletto / Gilda

Mar 12, 2007

Comparing Juives

A little comparison between the 3 following versions of La Juive, the Halévy's opera I recently saw in Paris (here and there).

1) Gerd Albrecht, Vienna, January 1981 Live from the 26th HRE 362 (3 LP) / Legato Classics 224 (CD) Pirate from the 23rd Rachel: Ilona Tokody Eléazar : José Carreras Léopold : Chris Merritt Cardinal de Brogni: Cesare Siepi Princesse Eudoxie: Sona Ghazarian Ruggiero : Hans Helm Albert: Alfred Sramek Conductor : Gerd Albrecht Wiener Staatsoper chorus & orchestra 2) Marcello Viotti, New York MET, 2003 (live) Nov. 6, 10, 14, 20, Dec. 5, 9, 13 mat, 19 Pirate from the Dec.13 MET broadcast Rachel: Soile Isokoski Eléazar: Neil Shicoff Léopold: Eric Cutler / Jianyi Zhang Cardinal de Brogni: Ferruccio Furlanetto Princesse Eudoxie: Elizabeth Futral / Olga Makarina Conductor: Marcello Viotti MET chorus & orchestra 3) Daniel Oren, Paris Bastille, March 3 2007 (live) Feb. 20, 24, 28, March 3, 6, 10, 14, 18 mat, 20 Rachel: Anna Caterina Antonacci Éléazar: Neil Shicoff / Chris Merritt (3, 20 mars) Léopold: John Osborn / Colin Lee (3, 10, 14, 14,18 et 20 mars) Cardinal de Brogni: Robert Lloyd / Ferruccio Furlanetto (14, 18, 20 mars) Princesse Eudoxie: Annick Massis Ruggiero: André Heyboer Albert: Vincent Pavesi Chorus & orchestra of the Paris National Opera 1 ) Orchestration The Albrecht’s interpretation of Halevy’s opera is as bad as it gets; often so slow you wonder if he had the same score as every other conductor, sometimes just ok for one minute, then back to slow and boring. Daniel Oren offered a very good overall version, at times a bit off balance though. Marcello Viotti dared to cut the score even in the prelude (which is rather unconventional, to say the least) but offered the most coherent interpretation of those three (though the rating between him and Oren is pretty close). Viotti : 1 point. 2) Rachel All three artists sang pretty well, though Ilona Tokody’s diction in French is absolutely awful. Antonacci had some great moments but her voice seemed a bit forced at times, whereas Soile Isokoski offered an amazing performance from beginning to end. Viotti: 2 points 3) Eléazar The Merritt’s performance in Paris was a real disaster, and Carrerras had some ups and downs. Neil Shicoff sings a language very different from French but was clearly the most consistent artist in the MET’s 2003 version (it seems he is not that good in 2007). Viotti : 3 points 4) Léopold Chris Merritt’s 1981 performance has some true moments of greatness (although he has some problems singing something vaguely reminiscent of the French tongue); Colin Lee was average, Eric Cutler was very good. Viotti: 3 points Albrecht: 1 point 5) Cardinal de Brogni Robert Lloyd was a calamity, Ferruccio Furlanetto was good but not great; Cesare Siepi, although showing some signs of age and despite his poor diction, is still is one of the best bass opera has ever known (to my opinion). Nobody even comes close to his performance of “Si la rigueur” in the first act. Viotti: 3 points Albrecht: 2 points 6) Princesse Eudoxie Sona Ghazarian is a bit less than average, Elizabeth Futral gave one of the best performances I’ve heard from heard (and her French diction did strike me as much better than I had anticipated), Annick Massis was the Queen of the Night, one great memory for me for many years to come. No hesitation at all on this one. Viotti: 3 points Albrecht: 2 points Oren : 1 point That’s it settled then. The Met version is, to this day (I’m waiting for a delivery), my favourite interpretation of La Juive.

A little extract from the MET version, "Chrétien sacrilège" (act II)

Éléazar D'un chrétien sacrilège Et que l'enfer protège Je connais les projets! Désespoir! anathème Et que Dieu qu'il blasphême Le maudisse à jamais, Le maudisse à jamais! Léopold Parjure et sacrilège, Ah! le remords m'assiège, oui le remords m'assiège. Et c'est trop de forfaits! Désespoir! anathème! Le ciel que je blasphême Me maudit à jamais, Le ciel que je blasphême Me maudit à jamais! Rachel De ce coeur, de ce coeur sacrilège que l'enfer, oui, que l'enfer protège, quels sont donc les projets? Désespoir! anathème J'en jure par Dieu même, Je saurais ses projets, Je saurais ses secrets! La Juive’s discography.

Mar 11, 2007

Villazon out, Calleja in

In this very interesting article from the Times of Malta, you can read what happened this friday at the Vienna State Opera; Rolando Villazon, scheduled to sing in the premiere of Puccini's La Bohème cancelled last minute with a bad voice, leaving the audience furious and yelling.

In those conditions, Joseph Calleja accepted the leading role only 90 minutes before the beginning and did amazingly well.

“ From an artistic point of view they had nothing to be upset about: After all, Joseph Calleja was available... (Mr) Calleja not only stepped in for his colleague, but he also made us totally forget his existence for at least two and a half hours."
The Salzburger Nachrichten

Can you believe the week Calleja had?

He sang three different roles - Nemorino in Donizetti's L'Elisir d'amore, Rodolfo in La Bohème, and Alfredo in La Traviata - at the Vienna State Opera House in the space of eight days, which is virtually unheard of in the opera world.

Here is one tenor not afraid to loose his voice.
But at 29, if he keeps that rhythm, I wonder how long his career is going to last.

Mar 10, 2007

Faust, Gounod

A l’occasion de la sortie, dans le Monde de ce samedi, du Faust de Gounod, un de mes opéras favoris ;

Charles Gounod

Créé en 1859, Faust a été traduit en 34 langues dans 45 pays et fête sa millième représentation dès 1894 (2000e en 1934); il fait l’inauguration du Metropolitan Opera de New York en 1883, et y est repris en ce moment, avec une retransmission en direct samedi prochain 17 mars à 18h30 (avec Ramon Vargas dans le rôle de Faust).

Projet présenté à l’Opéra de Paris (et refusé) en 1856, Léon Carvalho, directeur du Théâtre Lyrique accepte l’œuvre, puis se rétracte, pour finalement revenir sur sa décision en 1859.

Le livret, d’après le Premier Faust de Goethe, est commandé en 1856 par Gounod au duo Michel Carré / Jules Barbier, après qu’il ait été conquis par la pièce de Michel Carré, Faust et Marguerite, centrée autour de l’intrigue amoureuse et du sort de Marguerite.

La partition à peine achevée, en septembre 1858, les répétitions commencent au théâtre de la Porte Saint-Martin, avec Marie Miolhan-Carvalho dans le rôle de Marguerite (l’épouse de Léon Carvalho, qui obtint le rôle à la demande expresse de son mari mais qui visiblement campa une Marguerite remarquable), Emile Balanqué en Méphistophélès et Hector Gruyer, « Guardi » en Faust, dont la prestation en répétitions ravit Gounod mais dont la voix s’effondre le jour de la générale (causant le report de la première) et qui est écarté (d’aucuns devraient s’en inspirer) et remplacé par le provençal Joseph-Théodore-Désiré Barbot, élève de François Desarte, qui apprend le rôle monumental en à peine trois semaines, dont la prestation impressionne Bizet (qui considérait l’opéra maudit après les mésaventures de Gruyer) et Berlioz.
Siebel est créée par Melle Faivre, alors que Valentin est chanté par Raynal.

L’opéra connaît un succès mitigé après la première le 19 mars 1859, du fait de sa rupture avec la tradition du Grand Opéra.

La vente de la partition et des morceaux détachés, le jugement de musiciens éclairés (Berlioz, Bizet, Debussy, Busoni ou Stravinsky) et le succès de Roméo et Juliette et Mireille concourent au triomphe en 1869 (version révisée en supprimant les parties parlées entre les airs, présentes dans la partition originale, par des récitatifs ; à laquelle Gounod ajouta de plus les ballets ouvrant l’acte V), lors du retour sur la scène de l’Opéra.
La 500e a lieu dès 1886, sous la direction de Gounod lui-même.

Comment ne pas rendre grâce aux qualités musicales indéniables de la partition, au premier lieu desquelles une richissime écriture vocale, avec cinq personnages principaux balayant toutes les tessitures : Faust, ténor ; Marguerite, soprano colature ; Méphistophélès, basse ; Valentin, le frère de Marguerite, baryton ; et Siebel, mezzo, s’inscrivant dans la tradition française des travestis ?

Tous les autres ingrédients d’un grand succès sont présents dans la partition de Gounod ; une orchestration raffinée, des chœurs énergiques (« Vin ou bière » à l’acte II, « Gloire immortelle de nos aïeux » à l’acte V …), une incroyable richesse mélodique (divine cavatine de Valentin à l’acte II « Avant de quitter ces lieux » ; première rencontre entre Faust et Marguerite à la fin de l’acte II « Ne permettrez vous pas » ; air de Faust à l’acte III « Salut ! Demeure chaste et pure » ; airs de Marguerite « Il était un roi de Thulé » et le célébrissime air des bijoux à l’acte III, duo Faust/Marguerite « O nuit d’amour, ciel radieux » toujours à l’acte III ; sérénade de Méphistophélès à l’acte IV « Vous qui faites l’endormie », duo final entre Faust et Marguerite « Oui, c’est toi, je t’aime » …), des scènes de ballet (début de l’acte V), et des scènes intimes (« J’ai languis, triste et solitaire » de Faust, ouvrant l’opéra ; scènes de Marguerite à l’acte III …) rompant définitivement avec le Grand Opéra à la Française, dont La Juive (Gounod a été l’élève d’Halévy au conservatoire).

La partition a néanmoins été passablement modifiée avant la première, à la demande de Carvalho qui exigea notamment que Gounod supprime l’air de Valentin « Chaque jour nouvelle affaire » à l’acte IV, remplacé par le chœur « Gloire immortelle » que Gounod récupéra d’un opéra inachevé, Ivan le Terrible ; de même, la fameuse scène de l’église fut déplacée à la fin de l’acte IV (et supprimée lors de la première à la demande du Ministre des Beaux-Arts pour éviter toute tension avec le Vatican, dans le contexte politique houleux de l’époque).

La version présentée par le Monde ce samedi est un enregistrement live de 1973 (remastérisé par la NHK en 2007) d’une très bonne facture (à part Lorenzo Saccomani dans le rôle de Valentin, mais comment soutenir la comparaison avec Ernest Blanc en même temps), avec une mention particulière à l’orchestration de Paul Ethuin et à la prestation remarquable d’Alfredo Kraus.

Faust : Alfredo Kraus
Marguerite : Renata Scotto
Méphistophélès: Nicolaï Ghiaurov
Valentin: Lorenzo Saccomani
Siebel : Milena Dal Piva
Marthe : Anna Di Stasio
Wagner: Guido Mazzini
Chœurs et orchestre de la NHK de Tokyo
Direction : Paul Ethuin

Extrait Youtube de cette version:
Final de l'acte V

Version indispensable :

EMI Classics, 1959 version
Faust: Nicolai Gedda
Marguerite: Victoria De Los Angeles
Méphistophélès: Boris Christoff
Valentin: Ernest Blanc
Siebel : Liliane Berton
Marthe : Rita Gorr
Wagner : Victor Autran
Chœurs et orchestre du Théâtre National de l’Opéra
Direction : André Cluytens

Post réalisé à partir des textes parus dans les versions CD ci-dessus ainsi que dans le Monde 2 (p62) de ce jour et dans le livret du DVD de 1985 du Vienna State Opera dirigée par Erich Binder.

Extraits choisis de Youtube :

- scène de l'église avec Marguerite (Angela Gheorgiu) et Méphistophélès (Bryn Terfel) dans la version 2004 du Covent Garden (direction Antonio Pappano)
- « laisse ta main s’oublier dans la mienne », duo entre Marguerite (Angela Gheorghiu) et Faust (Roberto Alagna) dans la même version
- toujours dans la version de Covent Garden, extrait de l’acte I, « A moi les plaisirs », Faust et Méphistophélès

- mort de Valentin (fin de l’acte IV), dans la production de décembre 2006 à Come et Modène (Italie) avec Javier Franco (Valentin), dirigée par Philippe Auguin
- « avant de quitter ces lieux » air de Valentin (acte I) par Simon Keenlyside dans la production de 2004 du Covent Garden

Mar 8, 2007


Il fut un temps, je m'étais engagée à mettre ici en écoute le sublime air de Zurga, "L'orage s'est calmé", ouvrant le 3e acte des Pêcheurs de Perles, de Bizet. Il fut un temps, je m'étais engagée à vous faire écouter la divine version de cet air par l'extraordinaire Ernest Blanc (auquel internet ne rend pas justice, comme signalé ). Tout vient à point à qui sait attendre. Enjoy!

Extrait de ma version de référence; 1961 recording, EMI Leïla: Janine Micheau Nadir: Nicolai Gedda Zurga: Ernest Blanc Nourabad: Jacques Mars Direction: Pierre Dervaux Ch & orch de l’Opéra Comique Disponible en téléchargement

Mar 6, 2007

La Juive, côté théâtre

[2e billet suite à la représentation de la Juive du 3 mars]

Je me dois de parler avec emphase aujourd’hui du trio mise en scène/lumières/décors, qui contrebalance, au moins partiellement, la performance vocale catastrophique de ce samedi.

Mise en scène : Pierre Audi
Décors : George Tsypin
Lumières : Jean Kalman

En parcourant le web, ainsi qu’en écoutant les avis autour de moi, force est de constater que ce trio scinde les spectateurs inexorablement.

Rachel (AC Antonacci) et Eléazar (N. Shicoff)
Photo (c) Ruth Walz, Opéra de Paris

Dans le camp des détracteurs, j’ai lu et/ou entendu que décors et costumes sont trop contemporains, que la mise en scène d’Audi est trop statique et trop spartiate, que les lumières sont too much (notamment sur la scène finale).

Ces déçus, dont la moyenne d’âge doit se situer aux alentours des 60 ans, espéraient peut être trouver sur la scène de Bastille le faste de la mise en scène de 1835 lors de la création de La Juive, où le défilé qui clôt l’acte I comportait sonneurs de trompe, arbalétriers, échevins, archers de l’empereur, hommes d’armes avec armures en acier, hallebardiers, avec moult armes et bannières chatoyantes, chevaux sur scène, costumes magnificents, concourant à faire de cette mise en scène une « orgie de décors, de costumes, de chevaux et d’empereurs »* ?

S’ils avaient cette attente, je comprends que la réalité les ait terrassés.

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde
Acte I, arrestation d'Eléazar

Pour ma part, les quelques indices que j’avais glané de ci, de là, avant la représentation me laissaient à penser que j’apprécierait ce trio. Je n’avais pas tort.

L’atmosphère industrielle dans laquelle Audi a plongé cette Juive, qui peut paraître saugrenue de prime abord, trouve en fait tout son sens dès les premières minutes de l’opéra, puisque la musique d’Halévy use de bruits d’enclumes pour caractériser le travail d’Eléazar dès la fin du Te Deum de l’ouverture, avec « En ce jour de fête publique
Quel est donc ce logis où l'on travaille encor? … ».

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde
Arrivée de l'empereur (fin de l'acte I)

Cette immense structure métallique, sur plusieurs niveaux, permet également de matérialiser les antinomies entre les personnages, ou simplement la séparation physique entre eux (comme dans la scène de l’acte II où Léopold, caché, écoute le dialogue entre Eudoxie, venue lui acheter un bijou somptueux, et Eléazar).

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde
Acte IV, duo entre Rachel (AC Antonacci) et le Cardinal de Brogni (R. Lloyd)

L’affaissement du sol et le décalage d’un niveau vers le bas de cette même structure métallique à l’acte IV m’a semblé particulièrement bienvenu, pour signifier l’enlisement des situations et les affres des personnages principaux (Rachel et Eudoxie au début d'acte, puis Rachel et Brogni, enfin Brogni et Eléazar).

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde
Acte IV, duo entre Rachel (AC Antonacci) et le Cardinal de Brogni (R. Lloyd)

Les tuyaux verticaux suspendus, présents dès le début de l’acte I, et qui semblaient posés là, aléatoirement, un peu à la va-vite, produisent leur effet à l’acte III, lors de la scène de l’anathème clôturant l’acte, puisque, la structure métallique ayant disparu, on découvre alors qu’ils ne sont qu’une version stylisée d’une cathédrale ; les installer, en « superposition » de la structure métallique à l’acte I se révèle alors judicieux, faisant écho à la musique d’Halévy, et notamment au « Te Deum » et au chœur « Hosanna, plaisir, ivresse, gloire, gloire à l'Éternel » (scène décrite dans le livret comme devant se dérouler dans l’église).

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde
Acte III, scène de l'anathème

Le dénuement absolu de la scène à l’acte V (avec chœur totalement vêtu de noir rabattu sur les côtés de la scène et grands rideaux noirs tendus en fond de scène ainsi que sur les deux côtés) renforce le dramatique de l’exécution de Rachel et Eléazar, et l’éclairage progressif mais intégral du sol en rouge lors de la scène finale, donne au bûcher de Rachel et Eléazar une dimension émotionnelle qui m’a beaucoup touchée.
L’effet n’aurait pas été le même avec un mini bûcher central, contrairement aux reproches que j’ai lus sur internet.

Scène finale
Photo (c) Ruth Walz, Opéra de Paris

Globalement donc, ce trio mise en scène/décors/lumières se complète à merveille dans une représentation contemporaine, accessible et subtile de l’opéra d’Halévy.

Costumes : Dagmar Niefind
Chorégraphie : Amir Hosseinpour

Je serai en revanche plus critique sur les costumes et la chorégraphie.

Si les premiers frôlent parfois le ridicule (costumes du chœur au 1er acte, de Léopold au début de l’acte III lors de ses retrouvailles avec Eudoxie, de l’empereur lors du déflé clôturant l’acte I –la peinture dorée sur le visage aussi était-elle vraiment nécessaire ?- , costumes des danseurs) , ou le manque d’idée évident (costume de Rachel et d’Eléazar, quasi identique à celui que Shicoff portait lors des représentations du MET en 2003), la chorégraphie elle, par contre, était franchement ridicule.

Répétitions de la Juive
© Jacky Ley / Fedephoto pour Le Monde

Je me suis revue la semaine d’avant, en Avignon, avec les intermèdes dansés lors des Pêcheurs de Perles.
Sauf qu’ici, amis parisiens, j’étais dans une grande salle internationale.
J’avouerais que je n’ai absolument pas fait la différence.

* Infos tirées du programme de la Juive (p61)

Chronique d'un autre spectateur du 3 mars; c'est .

Mar 5, 2007

Amis parisiens,

[1er billet consacré à la représentation à l’Opéra Bastille de La Juive, d’Halévy, le 3 mars]

Je n’aurai pas de mots assez durs pour vilipender votre pédanterie quant à l’art lyrique, et votre fatuité concernant votre si grande et si prestigieuse maison d’Opéra.*

Je ne saurai retranscrire à sa juste valeur le mépris que m’inspire votre outrecuidance et votre dénigrement pour tous les opéras « de campagne » que compte la France.

Quand on pète plus haut que son cul, amis parisiens, la moindre des choses est d’offrir à Bastille des représentations dignes de ses exigences prétentieuses.

Force est de constater que, vocalement parlant, la prestation de ce samedi a été une énorme farce (Annick Massis exceptée et Anna Caterina Antonnacci, dans une moindre mesure).

Commençons par le moins mauvais.

Les chœurs de l’Opéra de Paris.

Je ne sais si la faute en impute aux chanteurs en eux-même (j’ai la naïveté de penser que non) ou au chef des chœurs, Peter Burian et son adjoint, Alessandro Di Stefano, mais pouvoir s’enorgueillir d’un chœur d’une centaine de chanteurs et ne pas être capable de leur inculquer la notion de nuance me semble du gaspillage de forces vives.

Je suis sans doute mauvaise juge, étant habituée au chœur de l’Opéra de Lyon dirigé par l’excellentissime Alan Woodbridge, chœur ayant la réputation, parmi les spécialistes, d’être le meilleur de France (pardonnez-nous, pauvres provinciaux, de posséder des éléments de qualité).

Aussi je ne m’attarderai pas sur le sujet.

Puisque ce billet ne concerne que les prestations vocales entendues ce samedi, je poursuivrai donc directement avec les solistes.

André Heyboer, dans le rôle de Ruggiero, prévôt de la ville, a manqué de projection, alors que le rôle d’Albert, interprété par Vincent Pavesi, était trop restreint pour que je m’en fasse une opinion.

Colin Lee, dans le rôle de Léopold, a manqué d’assurance (et de projection de voix) dans les aigus, mais la partie médium de sa partition a été correctement menée (de même que son jeu scénique).
Disons que c’est un chanteur en devenir, pas encore abouti, mais sur le bon chemin.
Dans une si grande maison d’opéra comme la vôtre, amis parisiens, je conçois qu’on lui accorde généreusement de partager le rôle avec John Osborn (puisqu’il joue la moitié des représentations de cette Juive). Après tout, il faut laisser leur chance aux nouveaux talents lyriques.

Robert Lloyd, qui joue toutes les représentations dans le rôle du cardinal de Brogni (sauf trois) est par contre un gros foutage de gueule.

Jeu scénique abominable (pourquoi camper des émotions réalistes quand on peut en faire des tonnes, et n’importe comment), projection de voix inexistante, incapacité à tenir une note sans user de vibratos dès la première seconde, sa prestation a été calamiteuse.

Je m’étonne de votre manque de discernement à ce sujet, amis parisiens.

Où donc est votre exigence d’excellence ?

(de ce point de vue, et pour anticiper sur Merritt, le duo de l’acte IV entre Brogni et Eléazar, pourtant un moment dramatique intense dans la partition, c’est transformé en jeu de carnage particulièrement insupportable).

Chris Merritt enfin.

Ah, Chris Merritt.
(lire à ce sujet le billet de Kozlika, qui a assisté à la même représentation que moi, se gardant bien de me prévenir de cette coïncidence).

Je ne ferai pas preuve de la magnanimité légendaire de Kozlika, amis parisiens.
Que nenni.

Qu’importe le passé glorieux de Merritt.
Qu’importent ses problèmes de santé (non résolus depuis la générale).
Qu’importe son jeu scénique (bon au demeurant).
Qu’importe le rendu de son Eléazar (scéniquement beaucoup plus proche de l’esprit du livret que celui de Neil Schicoff).

Dire que sa prestation vocale a été calamiteuse est très largement édulcoré.
Le pathétique a été atteint bien avant le fameux air clôturant l’acte IV, "Rachel, quand du Seigneur".

L’insupportable a des limites.
Chris Merritt les a pulvérisées

Alors, amis parisiens, si vous n’êtes pas foutus de reconnaître que lorsqu’un certain stade de nullité vocale est dépassé, mieux faut "inviter" Merritt à rester chez lui avec une tisane, et laisser sa chance à un ténor de l’Atelier Lyrique, même s’il ne connaît pas le rôle et qu’il fait ses débuts sur scène, alors, amis parisiens, "je vous maudis".

Et c’est peu de le dire.

C'est Adolphe Nourrit, le ténor qui créa le rôle d'Eléazar en 1835 et refondit l'air "Rachel, quand du Seigneur" qui doit se retourner dans sa tombe...

Lorsque la prestation globale des chanteurs masculins est aussi mauvaise, qui plus est ; il s’agirait de faire preuve d’un peu de décence et d’humilité.
Et de se terrer à vingt mille lieues sous les mers.

Pour finir sur Merritt, je n’ai plus qu’une remarque à signaler.

Je ne hue pas à l’opéra pour des questions de personnalité qui me sont propres, mais ce n'est pas l'envie qui m'en a manquée.
La marque des Grands est de savoir s'arrêter à temps.
Chose que je ne pardonne pas à Merritt.

Amis parisiens, honte à vous.

* référence à un forum bien connu et au staff de l'ONP

Extrait du programme de La Juive (p37);
"Sa reprise tardive à l'Opéra de Paris après une absence de soixante-dix ans, représente l'apothéose légitime de son retour".

Mar 1, 2007

Virez moi Serge Dorny

Natalie Dessay superstar au MET

Alors que le MET a annoncé sa programmation pour la saison 2007-08, et que celle de l’Opéra de Paris ne devrait pas tarder à arriver, il est normal que je m’intéresse avant tout à ce qui se passe chez moi, à Lyon.

Depuis l’arrivée de Serge Dorny a la tête de l’opéra de Lyon, la programmation est telle que, si je peux assister à trois opéras dans l’année, cela constitue en soi un petit exploit.

Entre Mozart, que j’exècre (Idomédée et les Noces de Figaro, rien que pour la présente saison, Cosi van tutte l’an dernier, La flûte enchantée l’année d’avant), la musique russe (Mazeppa en 2005, Eugene Oneguine & The Rake’s Progress cette année), la musique slave (festival Janacek en 2005), les opérettes alllemandes (Ariane à Naxos de Strauss l’an dernier, La Veuve Joyeuse de Lehàr cette saison), le baroque et Britten (Le petit ramoneur cette année) ; je veux bien qu’il en faille pour tous les goûts, mais où sont les miens là dedans ?

Et pour la saison 2007-2008, rien de nouveau à l’horizon…

La fin du cycle Piotr Illitch Tchaïkovski verra la production de La dame de pique, mise en scène par Peter Stein et la reprise de Mazeppa et Eugene Onéguine (captation DVD de la trilogie) en début d’année 2008;

2 Britten sont annoncés ; A midsummer’s night dream (reprise de la production de 1992 de Carsen, déjà jouée à Lyon et disponible en DVD) et Curlew river (mise en scène Olivier Py reprise du spectacle donné en 2005 pour le festival d’Edimbourg);

fin mai 2008, l’opéra annonce Porgy & Bess de Gershwin, mise en scène de José Montalvo et Dominique Hervieu (encore un opéra contemporain que je n’aime pas) ;

Laurent Pelly

pour les fêtes de fin d’année 2007, La Vie Parisienne d’Offenbach (de toute façon, en fin d’année, c’est soit une opérette allemande, soit Offenbach, ça aussi ça commence à devenir vraiment lourd) mise en scène par Laurent Pelly et dirigée par Marc Minkowski (au moins, le choix metteur en scène/chef est excellent), avec Marie Devellereau dans le rôle de la Gantière

aussi au programme ;

ces deux soirées de septembre (24 et 26) pour le Maria Stuarda de Donizetti avec Ciofi, dont j’ai déjà parlé;

récital de la soprano Cécile De Boever avec les solistes de l’opéra de Lyon pour un concert Berg / Schönberg / Messian (que des compositeurs que je n’aime pas, comme d’hab);

Era la notte, Photo © Magalie Bouchet

Era la notte, opéra de chambre, spectacle de Juliette Deschamps avec Anna Caterina Antonacci (reprise du spectacle joué à Nîmes en 2006). Musique ? pot-pourri de baroque (géniaaal);

et, info à vérifier, parce qu’un Wagner cette année ne suffisait pas, un autre pour l’an prochain, Siegfried (re-géniaaal);

Bref, encore une année de merde.
Merci Serge Dorny.

Quand va-t-on enfin se débarrasser de lui et retrouver une programmation vraiment éclectique (avec de l'opéra français et italien par exemple)?

Non parce que là moi franchement, je n’en peux plus.

Elsewhere, au jeu des chaises musicales, le chef suisse Charles Dutoit a été nommé à la tête du Philadelphia Orchestra à partir de 2008/09, et Gérard Mortier, après sa dernière saison en 2008/09 à l’opéra de Paris, ira emmerder les Américains en prenant la tête du New York City Opera en septembre 2009.

Personne, du côté des States, ne veut récupérer Serge Dorny ?
Vraiment ?
Allez, un petit effort, c’est pour la bonne cause…